La recherche à l’ARFRIPS

Ancrée dans les pratiques professionnelles, la formation en travail social ne peut se penser sans s’inscrire dans une communauté réflexive. Cette démarche permet aux formateurs de développer leurs connaissances pour mieux les transmettre aux personnes en formation. L’ARFRIPS est ainsi partie prenante de différents espaces collaboratifs.

- Les ‘’Séminaires pour une ethnographie du trouble dans la relation d’aide et de soin’’

Ces ateliers ont été conçus par des Chercheurs de l’équipe 3 du Centre Max WEBER. Une formatrice-chercheuse de l’ARFRIPS co-anime chaque semestre les séances avec son homologue d’un centre de formation partenaire. Comme il est indiqué dans ‘’l’esquisse de l’argument’’ (Bertrand Ravon, oct. 2015) ’’ cette ethnographie des embarras de la pratique vise « (…) à généraliser l’analyse de différentes situations problématiques face auxquelles les professionnels se trouvent démunis, sans pour autant être réduits à leur état de souffrance. (Le) regard s’est alors déplacé vers une définition de l’épreuve de professionnalité centrée sur les troubles éprouvés au sein de l’action elle-même, lorsque les professionnels, font état d’une grande perplexité face à l’incertitude des situations rencontrées, parce qu’ils n’arrivent plus à discerner au juste ce qu’il convient de faire (Ravon et Vidal-Naquet, 2012) ».

 - Le Réseau FRISES (Formation Recherche en Intervention Sociale dans l'Enseignement Supérieur)
Fondé à l’initiative de l’Université de Lyon (Lyon2/ASSP, UJM/SHS), ce réseau vise à fédérer les coopérations existantes en matière de formation à l’intervention sociale entre les établissements universitaires et représentants des différentes EFTS de Lyon et Saint-Etienne. Une formatrice-chercheuse de l’ARFRIPS est membre du comité scientifique et participe à ce titre à l’organisation des évènements ou autres manifestions.

- Des journées d’étude sur des thématiques spécifiques, donnant lieu ensuite à des prolongements avec le monde professionnel. Exemplaire en la matière, la journée du 18 octobre 2019, intitulée ‘’Pouvoir d’agir, savoirs d’expérience : Quelles pratiques pour la pair-aidance ?’’ a réuni plus de 200 participants en présence de chercheurs de renoms, de praticiens émérites et surtout de personnes concernées elles-mêmes par le sujet, positionnées comme expertes de leurs propres expériences.
Par-delà cette journée, des réunions de travail et des ateliers impliquant les différents protagonistes sont programmés sur l’année, pour prolonger la réflexion et réfléchir à la façon de retraduire cela dans les contenus de formation (déjeuners permettant le partages d’expériences participatives entre professionnels, personnes concernées, formateurs ; groupe de travail « participation des personnes concernées aux formations »).

Ressources2